Acheter des roses pour la Saint-Valentin n'est pas une déclaration d'amour à notre planète

Acheter des roses pour la Saint-Valentin n'est pas une déclaration d'amour à notre planète

Emmanuel

13 février 2021

Il est de coutume à la Saint Valentin de s'offrir des roses, tradition romantique mais non sans impact sur la planète. Ces fleurs viennent pour 80% d'entre-elles des Pays-Bas, plaque tournante Européenne pour le commerce des fleurs. De plus, ces belles roses viennent souvent de cultures utilisant des pesticides nocifs pour l'environnement.

Pays-Bas, plaque tournante du commerce des fleurs

En France nous importons plus de 80% des fleurs qui sont présentes chez nos fleuristes et cette importation se fait en particulier en provenance des Pays-Bas. Seulement, les Pays-Bas importent eux-aussi une part importante des fleurs qu'ils exportent, de pays où la main d'œuvre est moins chère et où il est possible de cultiver toute l'année afin de pouvoir vendre toutes fleurs à toute saison. Les fleurs présentes chez nos fleuristes viennent donc finalement plus du Kenya, de la Colombie, de l'Ethiopie ou encore de l'Equateur.

Toute ces importations font qu'avant d'acheter des roses pour la Saint Valentin, ces fleurs ont souvent beaucoup voyagé et voyagé en avion. Le bouquet de fleurs acheté a finalement un bilan en émission carbone loin d'être neutre.

Sources : France Agrimer, Rapport Greenpeace : A Toxic Eden, Valhor

Entreprises ou Associations liées à cet article